01.02.2013, 00:01  

La Chaux-de-Fonds et Le Locle révélés dans des clips extras

chargement
Par SYLVIA FREDA

URBANISME HORLOGER - Minifilms à voir ce soir à l'ABC à La Chaux-de-Fonds.

Cela fait quelques années que Le Locle et La Chaux-de-Fonds sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco pour leur urbanisme horloger. Depuis 2009 exactement. Bien. Mais voilà, aux yeux des nouveaux venus, l'urbanisme horloger n'est pas le genre de beauté qui saute aux yeux! Il faut aller la chercher du regard. Derrière la rudesse et l'authenticité des lieux.

A Tourisme neuchâtelois, section Montagnes, on est bien conscient de cette difficulté ainsi que de l'abstraction du terme "urbanisme horloger", qui puise dans un vocabulaire savant. De là est née une idée. "Celle de demander à des élèves de l'Ecole d'arts appliqués de La Chaux-de-Fonds de développer dans des clips une vision autre, décalée sur l'ancrage dans l'horlogerie de la Mère-Commune et la Métropole horlogère" , explique Vincent Matthey, son responsable.

Une idée d'autant plus ingénieuse que, pour rappel, l'Ecole d'arts appliqués de La Chaux-de-Fonds ne compte que 40% de Neuchâtelois. Tout le reste des étudiants vient des cantons de Vaud, Jura et Fribourg. Donc, en matière de regards neufs, vu que beaucoup ne sont pas des Montagnes neuchâteloises, l'établissement peut compter sur pas mal d'yeux.

Clips projetés à 19h ce soir

Les minifilms ont été présentés hier en avant-première à la presse au cinéma ABC. Ce soir, à 19h, ils seront projetés publiquement dans le cadre du vernissage de Bibi. Un nom loufoque, qui n'est autre que l'acronyme de la Biennale internationale des bobines d'ici. Un festival de films, courts-métrages et documentaires, qui dure d'aujourd'hui à dimanche soir.

"Les courts-métrages ont été réalisés entre août et novembre, à la demande de Tourisme neuchâtelois" , explique Samuel Chalard, enseignant en vidéo à l'Ecole d'arts appliqués. "Ce mandat était parfait dans ses contraintes. Les élèves ne savaient pas ce qu'est l'urbanisme horloger. Donc il leur a fallu en premier découvrir cette réalité qu'on n'a pas dans l'objectif de la caméra en la posant juste là dans la ville, n'importe où. Il faut comprendre cette réalité. Savoir ce qu'il y a derrière."

Chacun des dix clips ressemble à son auteur. Les films sont tous différents. "Certains sont croustillants, d'autres poétiques ou lyriques, d'autres encore carrément du troisième degré!" , commente le directeur de l'école Marc Pfister.

Notre avis? Elle est belle la balade de reflets de lumière projetés par des montres sur les murs de la ville proposée dans un des clips. Elle est séduisante, l'éventualité que la montre ne soit plus un objet à notre bras, mais une personne qui nous donne l'heure à volonté, telle que le propose un autre minifilm. On ne vous en dira pas plus! Allez voir! Ils sont vraiment chouettes, ces clips, pour lesquels est ensuite visée une large diffusion sur les réseaux sociaux.

Clips aussi à voir:

Bientôt sur le site www.clip-tac.ch et sur www.facebook.com/urbanismehorloger et petit à petit sur d'autres pages internet encore.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top