21.06.2012, 00:01  

Des Français opposés au projet Cartier

chargement
Le projet d'implantation de Cartier aux Brenets fait aussi grincer des dents côté français. A Villers-le-Lac, dans le quartier des Pargots précisément, on s'inquiète du trafic induit par "ces frontaliers arrogants et individualistes, sans aucune conscience écologique". 
RICHARD LEUENBERGER
Par SYLVIE BALMER

LES BRENETS - Les opposants au projet Cartier trouvent un soutien inattendu de l'autre côté de la frontière. A Villers-le-Lac, on en a ras le bol des frontaliers, "générateurs de mille et une nuisances".

"On sait qu'on n'a pas notre mot à dire là-dessus, on ne peut que constater les dégâts... Mais que les Brenassiers opposés à l'implantation de Cartier sachent qu'à Villers-le-Lac, on les soutient dans leur combat. Si une manifestation est organisée, on peut venir en renfort!" .

A Villers-le-Lac, l'édition de "L'Impartial" de samedi dernier a fait jaser. Ils sont frontaliers, employés à Villers ou retraités. Habitants du quartier des Pargots, ils redoutent l'implantation de la manufacture Cartier "qui n'apportera que des nuisances."

Avec 610 passages de véhicules annoncés de plus chaque jour au poste de douane des Brenets, ajoutés aux 2900 actuellement, "cela créera un trafic perpétuel, jour et nuit, vu les "deux-huit", sur la route des Pargots mais aussi dans le coeur de Villers! La circulation a déjà considérablement augmenté sur ce tronçon depuis la fermeture du poste de douane des Pargots" , s'insurge Alain*, lui-même frontalier.

A ceux qui l'accuseraient de cracher dans la soupe, il répond: "Personnellement, j'ai toujours fait du covoiturage ou pris le train, alors j'estime que je peux ramener ma fraise! Si les frontaliers avaient un état d'esprit écologique et respectueux, on n'aurait pas ces craintes... Mais là, ce n'est qu'arrogance et individualisme. Seul compte le fric, l'écologie, ils s'en foutent: chacun roule seul.Et dans une grosse cylindrée en plus!" Il n'y a pas que les Suisses que ça dérange. "Ces comportements imbéciles et égoïstes, on les paie tous, et nos enfants le paieront à l'échelle de la planète entière. Le problème va bien au-delà de la bataille de clocher!" Et de fait, à Villers, "on en a vraiment marre des frontaliers! On ne peut plus les voir!" , confirme Denise*, originaire et employée à Villers-le-Lac. "Depuis les bilatérales, c'est l'invasion! Ils arrivent de partout, de Dunkerque ou Toulouse!". Propriétaire d'un immeuble locatif à Morteau, Jean-Pierre* confirme: "Sur 20 demandes de location, seule une émane d'un gars d'ici. Tous les autres arrivent des quatre coins de la France" .

Conséquence, dans ce coin du Haut-Doubs, tout a augmenté: le trafic automobile, le nombre de zones résidentielles, les prix... "Morteau est l'Intermarché le plus cher de France! Et au-dessus du lac de Chaillexon, sur un magnifique site, ils sont en train de construire 26 étrons. Nous aussi, nous en voulons à nos autorités de dézoner sauvagement, de construire partout, de défigurer notre village. Villers a perdu son âme!" , regrette Denise. " On en a assez de cette ruée vers l'or suisse et toutes ces conséquences négatives!"

* prénoms fictifs

PAS DE PING-PONG

Invités à réagir à la position des opposants à leur projet d'implantation aux Brenets, les responsables de l'entreprise Cartier ont indiqué hier ne pas vouloir faire de commentaires. "Nous ne voulons pas entrer dans un débat avec les opposants dans les médias", avait déjà indiqué vendredi Yvan Ansermoz, porte-parole de Richemont International SA, le groupe propriétaire de la marque Cartier.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top