17.03.2012, 00:01  

Crédit pour Jehan-Droz

chargement

Le collège Jehan-Droz du Locle, c'est une saga. En 1969, le Conseil général acceptait un montant de 7,7 millions pour la construction du bâtiment, plus en 1970, deux crédits supplémentaires de 2,6 millions et de 1,6 million. Il était inauguré en 1973. Depuis lors, il a fait l'objet d'un certain nombre d'investissements, dont en 1993 un crédit de 680 000 fr. pour refaire les toitures des deux bâtiments principaux, vu les infiltrations d'eau quasi continuelles causées à l'époque et le manque d'isolation.

Aujourd'hui, la toiture-terrasse du bâtiment de liaison montre elle aussi de nombreuses faiblesses d'étanchéité, d'où des infiltrations d'eau et coulures qui endommagent le faux plafond. De plus, cette toiture est privée d'isolation. Donc, le Conseil général est appelé à voter un crédit de 207 000 fr. le 20 mars prochain pour la réfection de cette toiture-terrasse.

Le collège Jehan-Droz a fait l'objet de nombreuses études ces dernières années. Une analyse relative à la réhabilitation du bâtiment a été réalisée par un bureau d'architecte privé. Celui-ci a présenté trois variantes: une réhabilitation légère (avant tout, l'assainissement énergétique du bâtiment), une réhabilitation lourde (qui comprend la réhabilitation de l'aile est, tandis que l'aile ouest serait détruite et reconstruite sur trois niveaux) et enfin, la démolition et la reconstruction d'un nouveau bâtiment, variante estimée à 32,7 millions. Selon la commission cantonale des constructions scolaires, l'évolution des effectifs, même dans le cadre de la mise en place de la régionalisation, ne justifie pas la création de nouveaux locaux. Elle recommande la variante une ou deux et estime qu'une reconstruction complète ne se justifie aucunement, relève le Conseil communal dans son rapport.

Le Conseil général se prononcera aussi sur le nouveau règlement du cimetière. Celui-ci indique que les inhumations se font à la suite les unes des autres en ligne ininterrompue sans distinction d'aucune sorte. Mais "le Conseil communal peut faire aménager tout ou partie d'un secteur pour répondre à d'autres modalités de sépultures, notamment en réservant des lignes pour des communautés religieuses ". CLD


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top