26.07.2012, 00:01  

Les moustachus contre les barbus!

chargement
Acteurs et membres de la technique entourent Jordane Veya (les bras joints): pas barbante, la pièce! 
SP
Par GERARD STEGMULLER

THEATRE - Le metteur en scène franc-montagnard Jordane Veya se jette dans le bain avec "Postiches", une comédie décapante, écrite par ses soins. Six acteurs belges sur scène.

Ils ont débarqué dans le Jura avec le paquetage complet. Y compris donc l'essentiel: leur talent. Depuis lundi et jusqu'à la première représentation de la pièce (24 août), six comédiens belges répètent sous l'oeil expert de Jordane Veya. Lieu de travail: Forum Saint-Georges à Delémont. Lieu de villégiature: appartements de vacances dans les Franches-Montagnes.

Titulaire d'un master en interprétation dramatique spécialisé dans la mise en scène décroché à l'Institut des arts de diffusion de Burxelles, Jordane Veya (25 ans) effectue le grand saut. Depuis son retour au pays début 2011, cet enfant de Montfaucon domicilié aujourd'hui à Saignelégier n'a pas perdu son temps. Il a fondé la compagnie Métamorphose. Qui n'a rien à voir avec une troupe. Il s'agit d'une structure qui doit lui permettre de concrétiser ses projets.

Deux ethnies s'affrontent

Le Franc-Montagnard se lance à l'eau avec "Postiches", une comédie caustique en un acte d'une durée d'une heure et 20 minutes. Cette pièce possède une longue histoire. " A la base, je l'ai écrite en vue de mes examens de fin d'études. Franchement, je ne pensais pas que cela allait déboucher sur un spectacle. Mais lors des mises en lecture, ouvertes au public, de mes cours d'écriture, en Belgique, j'ai ressenti un certain répondant de la part des spectateurs. Avec des comédiens belges qui suivaient la même formation que moi, on a décidé d'aller plus en profondeur. A partir de mai2010, le texte a été retravaillé de manière plus professionnelle. Du stade d'embryon, la pièce est devenue une véritable création ", commente Jordane Veya.

"Postiches" est un théâtre sans cesse en rebondissement. Il oppose deux ethnies: les barbus aux moustachus. Au fil des dialogues, un traître est démasqué chez les barbus, qui sont de véritables tyrans dans l'histoire: il deviendra imberbe, tout lisse. Neutre, en somme. Les deux clans se livrent une guerre sans merci pour imposer leur identité à l'entité adverse. L'oeuvre aborde le thème du conflit identitaire de manière insolite, originale et novatrice. La dramaturgie échappe à tout enfermement dans un contexte socio-historique précis et univoque.

Avec "Postiches", l'auteur fait preuve d'innovation à l'égard des genres burlesque et comique. Il a créé une comédie satirique pertinente, non consensuelle, insolite et inédite. Trois filles et autant de garçons se retrouvent sur scène. Jordane Veya a complété son équipe avec l'apport d'artistes jurassiens, tels Vincent Scalbert (lumière), Xavier Weissbrodt (son) et David Meroni (graphisme). Le domaine administratif est l'apanage de la Taignonne Manon Chaignat.

Jeux de mots

Un mois pour finaliser le spectacle: rien de trop. L'artiste jurassien, au verbe incisif, balaie le mot répétition. Il évoque plutôt " une résidence de création ". Ça sonne mieux, fait plus sérieux. Car "Postiches" représente incontestablement un gros projet. Le budget du spectacle est conséquent, mais reste confidentiel. On parle ici d'un produit final attaqué en 2007 et qui est entré dans sa phase d'élaboration il y a une année et demie. Petit à petit, le texte s'est mis à grossir, comme disent les spécialistes. Il a fallu créer la musique, les chorégraphies. Oui, un vrai travail de pro.

" La pièce a été montée en amont, d'abord en Belgique ", reprend Jordane Veya. " Elle ne comprend pas de point mort. Les rebondissements sont légion. Ma volonté n'était pas de la placer dans un contexte connu. "Postiches", c'est aussi énormément de jeux de mots qui s'adressent à la société actuelle. Rien à voir avec de l'humour tarte à la crème. Ce n'est pas parce que je les ai écrits, mais les dialogues sont assez fins. Les subtilités de langage se succèdent. L'année 2007, c'était aussi l'élection de Nicolas Sarkozy. Cette surmédiatisation de la politique m'a beaucoup interpellé. En tournant à la dérision, voilà comment j'ai opposé les barbus aux moustachus. La comédie est vivante, rythmée. Elle va surprendre le public. "

Cinq représentations sont agendées fin août-début septembre): trois au café du Soleil à Saignelégier, deux au Forum Saint-Georges à Delémont. Cette grande première situera Jordane Veya.

Représentations et réservations:

"Postiches", vendredi 24 et samedi 25 août (20h30), dimanche 26 août (17h) au café du Soleil à Saignelégier, vendredi 31 août, samedi 1er septembre (20h30) et dimanche 2 septembre (17h) au Forum Saint-Georges à Delémont. www.compagniemetamorphose.ch et 078 631 35 56.


  Vous devez être identifié pour consulter cet article

Top