30.06.2015, 00:01  

Geosatis dans l'horlogerie

Abonnés
chargement

Geosatis, entreprise du Noirmont active dans la fabrication de bracelets électroniques de surveillance pour les prisonniers, se lance dans un nouveau secteur. Si la - grande - start up reste active dans son domaine de prédilection, elle s'attaque maintenant au secteur des montres.

"Notre but est de donner à l'horlogerie de luxe une solution...

Geosatis, entreprise du Noirmont active dans la fabrication de bracelets électroniques de surveillance pour les prisonniers, se lance dans un nouveau secteur. Si la - grande - start up reste active dans son domaine de prédilection, elle s'attaque maintenant au secteur des montres.

"Notre but est de donner à l'horlogerie de luxe une solution pour se positionner sur le marché des montres connectées sans pour autant détériorer le savoir-faire horloger" , explique José Demetrio, CEO de Geosatis.

Du sur-mesure

Allier la technologie mécanique à la technologie électronique embarquée, c'est donc le défi de l'équipe de quinze personnes oeuvrant pour Geosatis depuis 2010. Bien que les brevets aient été déposés il y a un an, les bracelets intelligents ne sont pas nouveaux. Swatch planche sur l'idée, et Montblanc possède déjà le sien. Un marché saturé? "Pas plus que ça. Si on prend l'Apple Watch, LG et Samsung sont aussi sur le coup. Les deux marques que vous citez travaillent exclusivement à l'interne, alors que nous voulons fournir des pièces sur-mesure pour les marques intéressées" , reprend le CEO.

Une clé au poignet

Le bracelet pourra donc se fixer sur n'importe quelle montre et sera vendu directement par les marques. Pour l'instant, la technologie embarquée concerne principalement la santé (capteur cardiaque par exemple), mais elle pourra s'orienter, à la demande sur d'autres aspects. "Ces capteurs peuvent aussi identifier le porteur de la montre avec sa signature corporelle pour ouvrir la porte d'une maison, par exemple."

Des promesses d'avenir, qui intéressent déjà trois grandes marques, dont les noms demeurent pour l'instant secret s. LCH


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top