15.02.2017, 12:13  

Le Conseil d'administration de l'Hôpital neuchâtelois a démissionné

chargement
Hôpital Pourtalès.

hôpital neuchâtelois - Le Conseil d’État neuchâtelois "a pris acte de la démission du Conseil d’administration de l’Hôpital neuchâtelois". C'est l'une des informations fortes figurant dans le premier communiqué du gouvernement après la votation de dimanche.

Lors de sa séance de mercredi, le Conseil d’État a décidé des premières mesures de mise en oeuvre de l’initiative "Pour deux hôpitaux sûrs, autonomes et complémentaires", acceptée en votation populaire dimanche dernier.

Le Conseil d’État souhaite que la situation qui prévaudra avec la mise en vigueur de l’initiative soit rapidement clarifiée et a invité les exécutifs du Locle et de La Chaux-de- Fonds à une rencontre dans la semaine du 20 février.

L'HNE est d'ores et déjà décapité: le Conseil d'administration a présenté sa démission en bloc et le gouvernement en a pris acte. Il souhaite néanmoins "mener une concertation avec les intéressé-e-s de façon à assurer le maintien temporaire du conseil ou d’une partie de celui-ci pour assumer la conduite de l’HNE durant la période transitoire et pour préparer la transition des activités vers la nouvelle organisation voulue par l’initiative."

Agir très rapidement

Le Conseil d’État entend constituer à brève échéance un groupe de travail chargé d’émettre d’ici l’été des propositions concernant les principes d’organisation future conformes à l’initiative et les modalités de transition vers cette nouvelle organisation.

Ce groupe sera présidé par une personnalité choisie en dehors des autorités cantonales et communales.Il devrait en outre être composé des membres de la conférence des directeurs communaux de la santé, d’un représentant du GTIH, d’un ou deux représentant-e-s du service de la santé publique, d’un-e représentant du service juridique de l’État et d’un ou deux représentants de la direction générale de l’HNE.

Un premier recensement des questions ouvertes par l’acceptation de l’initiative, déjà effectué, de base aux travaux du groupe susmentionné, de l’administration et de l’HNE. Ces questions portent notamment sur:

  • l’organisation institutionnelle
  • l’engagement des personnels
  • le sort des services unifiés à l’échelle du canton
  • les bâtiments et les équipements
  • la représentation dans des entités tierces
  • la négociation des tarifs avec les assurances
  • les liens avec la planification hospitalière
  • les questions financières

Le Conseil d'Etat précise que le cadre financier fixé dans la perspective du contre-projet ne pourra pas être dépassé.

Le communiqué du Conseil d'Etat se termine sur une note rassembleuse. Il s'affiche "résolu à rétablir rapidement un dialogue entre les partenaires que le débat hospitalier a opposés au cours des derniers mois."

Dans cette perspective, il tiendra sa prochaine séance dans les Montagnes neuchâteloises et a convié les exécutifs de La Chaux-de-Fonds et Le Locle à un échange de vues à cette occasion.

Dans le même esprit, il "appelle chacune des autorités de notre canton à favoriser la coopération entre les régions et à apporter sa contribution à la cohésion cantonale." Et il souhaite "que chaque citoyen-ne s’inscrive dans la même dynamique en dépassant au quotidien les oppositions ravivées au cours des derniers mois."


À lire aussi...

CANTON DE NEUCHÂTELComment l’initiative «pour deux hôpitaux» sera mise en placeComment l’initiative «pour deux hôpitaux» sera mise en place

LiveRéforme hospitalière: l'initiative "pour deux hôpitaux" l'emporte de justesseRéforme hospitalière: l'initiative "pour deux hôpitaux" l'emporte de justesse

Top