30.04.2012, 14:03  

La défense des travailleurs transfontaliers s'organise

chargement

Syndicats - Le syndicat Unia et le Groupement transfrontalier européen (GTE) ont signé aujourd'hui à Neuchâtel une convention pour mieux protéger les salariés de part et d'autre de l'Arc jurassien, en particulier les frontaliers. Ces associations entendent lutter contre le dumping salarial.

«Nous voulons offrir une réponse efficace à la mise en concurrence des travailleurs des deux côtés de la frontière», a  expliqué ce lundi Pierluigi Fedele, secrétaire régional d'Unia Transjurane. Les deux signataires veulent souder les salariés résidents et frontaliers. On compte près de 150'000 frontaliers de St-Gingolph (VS) à Bâle.

Pour Pierluigi Fedele, l'organisation des travailleurs  frontaliers et résidents dans une structure syndicale forte est le  «meilleur moyen de se défendre contre la sous-enchère salariale». Il estime que le salaire des frontaliers correspond en moyenne à 84% du  salaire d'un Suisse.

«Il faut que les frontaliers puissent être défendus d'une manière  efficace», a renchéri Catherine Laubscher, la secrétaire régionale d'Unia Neuchâtel. Unia affirme que la stratégie patronale vise à  diviser les travailleurs selon leur origine, citant la situation qui prévaut à Genève.

Accord de collaboration

L'accord de partenariat conclu entre le GTE, association forte de  quelque 35'000 adhérents, et les régions frontalières à la France  d'Unia, prévoit un renforcement de la collaboration en matière de  politique syndicale. Il s'agit aussi d'améliorer le service des  conseils dans le domaine des assurances aux frontaliers.

Le président du GTE Michel Charrat a relevé que l'organisation va  mettre à la mise à disposition d'Unia des locaux pour la tenue de  permanences transfrontalières. Les deux partenaires veulent aussi  apporter une réponse à ce qu'il considère comme une xénophobie  rampante à l'égard des frontaliers.

Unia Genève a déjà signé une même convention collaboration il y a  une année.
 


Top