21.03.2017, 00:01  

Il a capté les pires conditions de la planète

Abonnés
chargement
Christian Clot montre les capteurs portés pendant l’expédition.

EXPLORATION - Christian Clot a bouclé une première partie du projet «Adaptation».

«On ne peut pas s’adapter sans trouver quelque chose à aimer. C’est indispensable pour se focaliser sur le moment présent et avancer.» C’est une des leçons de vie que le Neuchâtelois Christian Clot tire de ses expéditions en solitaire dans les coins les plus inhospitaliers de la planète. Pour les leçons scientifiques, il faudra attendre que les chercheurs planchent...

«On ne peut pas s’adapter sans trouver quelque chose à aimer. C’est indispensable pour se focaliser sur le moment présent et avancer.» C’est une des leçons de vie que le Neuchâtelois Christian Clot tire de ses expéditions en solitaire dans les coins les plus inhospitaliers de la planète. Pour les leçons scientifiques, il faudra attendre que les chercheurs planchent sur les données qu’il a ramenées.

L’aventurier a passé trente jours dans chacun des quatre milieux qui cumulent les températures et les conditions d’hygrométrie les plus extrêmes (nos éditions du 7 mars). Iran, Chili, Brésil, Russie: équipé de capteurs mesurant déplacements, fréquence cardiaque, respiration (entre autres), Christian Clot s’est aussi astreint à des exercices d’écriture et à divers tests cognitifs.

Objectif: mesurer les paramètres de «l’adaptation» aux situations extrêmes. Pour savoir, par exemple, dans quelle mesure l’activité cérébrale et le rythme cardiaque interragissent dans ces situations où le corps et l’esprit sont soumis à un stress intense. La miniaturisation du matériel électronique et des capteurs a permis une moisson de données exceptionnelles. L’exploit pourrait nous offrir des connaissances précieuses pour mieux nous adapter à un environnement changeant.

Pour Christian Clot, le repos n’est pas encore prévu: il sélectionne ces jours des néo-aventuriers volontaires qui feront passer l’expérience de l’individu au collectif, en se rendant avec lui dans ces drôles de contrées. En visite au CSEM, un des partenaires scientifiques de l’opération, l’aventurier de la science a indiqué qu’il cherchait encore des volontaires pour vivre l’expérience, en groupe cette fois. Il y a encore de la place! luc-olivier erard

A suivre:

Découvrez les aventures de Christian Clot ou partez avec lui pour la deuxième phase de l’expérience «Adaptation»

http://www.adaptationexpe.com


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top