01.12.2014, 18:50  

Vaccins suspects en Italie: les premières analyses ne révèlent aucune anomalie

chargement
Le nombre de décès suspects après un vaccin contre la grippe produit par le géant pharmaceutique suisse Novartis est monté à 19 en Italie, mais les premières analyses n'ont révélé aucune anomalie, ont annoncé lundi les autorités sanitaires italiennes.

Union européenne - Dix-neuf personnes sont décédées en Italie suite au vaccins contre la grippe produits par Novartis. Mais les premières analyses n'ont pas révélé d'anomalie, selon les autorités sanitaires italiennes. Quant aux ministres de la Santé de l'Union européenne, ils ont serré les rangs en faveur de la vaccination.

Le nombre de décès suspects après un vaccin contre la grippe produit par le géant pharmaceutique suisse Novartis est monté à 19 en Italie, mais les premières analyses n'ont révélé aucune anomalie, ont annoncé lundi les autorités sanitaires italiennes. Plus tôt dans la journée les ministres de la Santé de l'UE ont serré les rangs en faveur de la vaccination.

L'Agence italienne du médicament (AIFA) avait annoncé jeudi la suspension par mesure de précaution de deux lots du vaccin après le décès de trois personnes âgées dans les 24 heures ayant suivi une injection.

Les lots concernés sont désormais montés à huit et les décès s'élèvent à 19, a annoncé l'AIFA lundi dans un communiqué. Toutefois "les résultats des premières analyses (...) sont complètement négatifs". Ils "confirment la sécurité des vaccins anti-grippe et excluent la présence d'endotoxines", a ajouté l'AIFA.

"Ces examens toxicologiques nous font pousser un soupir de soulagement: les lots examinés sont aptes à être mis sur le marché", a déclaré la ministre italienne de la Santé, Beatrice Lorenzin, selon l'Ansa, l'agence de presse italienne. Mais des analyses bactériologiques sont encore nécessaires, a précisé la ministre.

Appels à la confiance

Selon l'AIFA, l'augmentation des cas suspects, qui touche essentiellement des personnes très âgées, vient avant tout d'une plus forte propension des acteurs sanitaires à les rapporter en raison de la médiatisation de l'affaire.

Luca Pani, directeur général de l'AIFA, s'est même fait vacciner lundi au cours d'une émission télévisée sur la première chaîne de télévision italienne RAI 1 par le vaccin de Novartis.

Les autorités sanitaires italiennes ont réitéré lundi leurs appels à la confiance dans les vaccins contre la grippe saisonnière, rappelant qu'elle faisait chaque année quelque 8000 morts à travers le pays.

Pas baisser la garde

Plus tôt dans la journée, les ministres de la Santé de l'UE ont également serré les rangs en faveur de la vaccination, qui suscite une méfiance croissante des Européens.

La vaccination "est d'une importance fondamentale" pour la santé publique, "nous ne pouvons pas baisser la garde" devant la méfiance qui se développe en Europe "sur des bases non scientifiques" face à cet outil de prévention, a souligné la ministre italienne, Beatrice Lorenzin.

Devant ses homologues, elle a mis en garde contre le "faux sentiment de sécurité" entretenu en Europe face aux menaces sanitaires. L'épidémie d'Ebola en Afrique "devrait rappeler à chacun l'importance" de la lutte contre les agents pathogènes, a-t-elle insisté.

"Nous devons inverser la tendance actuelle de scepticisme", qui risque de ramener en Europe des épidémies de poliomyélite, rubéole ou tuberculose, a également plaidé le commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis.

Immunité de groupe

Dans leurs conclusions, les ministres plaident aussi pour plus de vaccination des personnels de santé, et le développement de la recherche de nouveaux vaccins. Face au "nombre croissant de refus de vaccination dans certains États membres", ils rappellent la dimension collective de la protection offerte par les vaccins.

"Les campagnes générales de vaccination ont permis d'interrompre la circulation de pathogènes grâce au phénomène de l''immunité de groupe'", qui "pourrait dès lors être considérée comme un objectif des plans de vaccination nationaux", relèvent-ils.


Top