16.03.2012, 11:36  

Fin du savoir-faire helvétique avec le rachat de marques suisses?

chargement
Malgré le rachat de marques suisses par des groupes étrangers, Jean-Daniel Pasche est confiant quant au maintien du savoir-faire horloger helvétique.
Par AFR

Horlogerie - Baselworld 2012 a connu un record d'affluence et hier le Swiss Made a été approuvé. L'horlogerie suisse semble se porter à merveille, mais avec les rachats des marques suisses par des groupes étrangers, le savoir-faire suisse est-il menacé?

Les derniers rachats en date dans l'Arc jurassien: 30% de Jospeh Erard racheté par les Français d'Hermès et la manufacture La Joux-Perret rachetée par le japonais Citizen. Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération horlogère suisse, reste confiant.  «Ce n'est pas la fin  du «Swiss Made», car les entreprises étrangères peuvent en profiter et le développer».

Ce dernier explique également qu'il faut savoir dans quel but ces groupes étrangers réalisent ces transactions. Si l'objectif est à des fins spéculatives, ce n'est pas bon pour le savoir-faire suisse.

Toutefois, il est conscient que ce type d'opérations économiques, basé sur le libre-échange, fait partie du monde économique actuel.


Top