Un nom pour une grosse pierre

Un nouveau bloc erratique a été mis au jour la semaine dernière sur un chantier en ville de Neuchâtel. Après la pierre à Bot et la pierre à Mazel, pourquoi ne pas lui donner le nom d’un ou d’une élue à l’exécutif de la capitale cantonale, se demande Nicolas Willemin dans son «Air du temps»?
18 août 2021, 05:30
/ Màj. le 18 août 2021 à 05:30
AirDutemps-NicolasWillemin

Ce sont des gros cailloux qui viennent des Alpes et qui sont arrivés dans notre région, amenés par un glacier lors d’une dernière glaciation, il y a plusieurs milliers d’années. Après la pierre à Bot, un récent chantier immobilier dans le quartier des Cadolles, dans les hauts de Neuchâtel, a permis la mise au jour d’un bloc erratique de 55 tonnes et vieux de 15 000 ans. En notant que la pierre à Mazel n’est pas un bloc erratique, mais le sommet d’un «banc d’urgonien blanc», comme l’explique l’historien Jean-Pierre Jelmini.

A lire aussi: Un gros caillou vieux de 15 000 ans trouvé à Neuchâtel

Reste quand même à lui donner un nom, à ce nouveau bloc, qui sera placé sur un giratoire à proximité. Il semble que certaines mauvaises langues ont proposé de lui accoler le patronyme de Louis Agassiz, dont les théories glaciaires reposent sur des bases un peu plus scientifiques que les théories raciales… Mais visiblement, le personnage n’est plus vraiment en odeur de sainteté. Et en plus, il a déjà un bloc erratique à son nom sur le mont Vully.

Une première proposition: associer cette pierre au conseiller communal Mauro Moruzzi, qui a suivi le dossier de la découverte, de l’excavation et de la future installation du caillou mis au jour. Mais l’homme est trop modeste pour cela! L’époque actuelle étant plutôt propice à mettre en valeur des femmes, honorons plutôt la première présidente de la toute nouvelle Ville de Neuchâtel fusionnée, Violaine Blétry-de Montmollin!

Avec la pierre à Violaine, sa mémoire sera conservée pour l’éternité… ou presque!

par Nicolas Willemin