Il est libre le numérique

Et si l’ordinateur de poche tombait dans les toilettes? Notre journaliste Frédéric Mérat évoque ce risque dans son «Air du temps».
22 juil. 2021, 05:30
/ Màj. le 22 juil. 2021 à 05:30
AirDutemps-FredericMerat (11)

Bon matin! Je vous adresse cette salutation en québécois, des fois qu’à peine l’œil entrouvert, vous le portiez déjà sur ces lignes. Tenez bien votre téléphone intelligent lorsque vous ferez défiler le texte sur votre écran, surtout si vous êtes au-dessus du bol de toilette. Et si vos mains sont pleines de pouces. Traduction: si vous avez deux mains gauches.

Pour plus de sécurité, je ne saurais trop vous conseiller de ne pas m’imiter. Évitez d’ouvrir la fenêtre à pixels avant le saut du lit et le seau d’eau sur la tête. La lecture n’aura que plus de saveur et d’effet, mêlée aux vapeurs de votre café.

Que cela soit dit en français ou en franglais, il paraît que l’on a pris du retard avec la numérisation. Dans la Belle Province ou en Helvétie. À Neuchâtel, on en veut. Un pan du gouvernement cantonal et de l’administration s’occupe de formation, de sports et, c’est nouveau, de «digitalisation».

Certains sont pourtant inquiets. Un moratoire sur la numérisation de l’école primaire genevoise est demandé. Le temps d’étudier la plus-value pédagogique et l’impact, tant sur la santé que sur l’environnement. Une pause de réflexion est aussi souhaitée par l’Académie suisse des sciences techniques.

Notre dépendance aux nouvelles technologies est un peu pesante, non? Et plus gênante encore quand les entreprises ou entités publiques s’asservissent à des géants de l’informatique, états-uniens par exemple. Vive le Québec libre, le Jura aussi!

Texte ici

par Frédéric Mérat